MON POINT DE VUE SUR LA MODE AU CONGO-BRAZZAVILLE

Cet article est un peu mon coup de gueule concernant le monde de la mode, des fashionistas et l’univers du shopping au Congo Brazzaville. À Brazzaville comme à Pointe-Noire il y a un certain orgueil concernant l’endroit où l’on fait son shopping. Vous l’aurez compris, je parle des sois disant boutiques de luxe des deux capitales et boutiques ou stands de friperies.

À Brazza et à Pointe-Noire, on se moque de toi et on te traite sévèrement de pauvre quand tu achètes tes habits dans les stands de friperies. Pour commencer, j’aimerais vous dire que je suis une personne qui a on va dire 70% (là même, je suis gentille avec moi-même) des No Name Clothes dans son sa garde-robe (pour ceux et celles qui ne connaissent pas, un no Name top par exemple est un haut qui n’a pas de nom connu) par nom connu je pense à de grandes marques et icônes de la mode comme BALMAIN, CHANEL, GIVENCHY, DONATELLA VERSACE et tous ceux que vous connaissez ! A Brazzaville comme à Pointe-Noire, la quasi-totalité des soi-disant fashionista et prétendu fashion-victimes sont des personnes qui portent des no name clothes, qu’on se le dise clairement !
A part le fait que je tiens un blog, je suis aussi photographe, je suis la plupart du temps amenée à rencontrer beaucoup de personnes dans la ville de Brazzaville, pour des shootings ou photos diverses, pour des fêtes et anniversaires, etc.…j’ai récemment été en contact d’une cliente qui voulait un shooting, afin de prendre des photos personnelles assez clean pour ces différents réseaux sociaux. Le jour du rendez-vous, elle était en retard et j’ai dû la rejoindre chez elle. Une fois arrivée, madame n’était pas du tout préparée (ceux, et celles qui me connaissent savent que je suis toujours prête à aider et à mettre la main à la pâte, je me suis donc proposée de l’aider pour que les choses aillent plus vite, je me suis rendu compte que j’avais commis ma plus grosse erreur de cette journée-là) la meuf (comme on aime bien le dire en langage de jeunes) à commencer à me montrer et énumérer les prétendues boutiques et bijouteries du luxe de Brazzaville dans lesquelles elle avait acheté les différentes pièces de sa garde-robe, tout me donnant les prix. Je ne vous dis pas à quel point c’était saoulant et stupide d’autant plus que tous ses habits étaient des no name clothes. Rires.

Non, sincèrement, entre nous fashionista que l’on se le dise clairement, on porte toutes pour la plupart des habits avec des noms inconnus (impopulaires) sur le dos, on est toutes des filles avec des habits sans nom (fâchez-vous, ce n’est pas mon problème, je l’ai dit, voilà !). Le défaut avec nous les congolais et congolaises, c’est que l’on est orgueilleux pour rien, alors pour rien ; que le congolais ou la congolaise, vivant ou Congo Brazzaville, ose lever la main et dire qu’il n’a jamais, au grand jamais porter un habit sorti tout droit des friperies. Je serai la première à le lapider en commentaires !
On a tous déjà porté des habits sortis des stands de friperies, alors pourquoi cet orgueil ou cette tête de refus ou même de honte, l’air de dire que : Moi, je ne porte jamais les habits sortis des fripes. Tête que font certaines des filles que j’ai eu à côtoyer. Shame!

C’est triste de voir que certaines personnes préfèrent aller dépenser des sommes faramineuses dans les boutiques de la capitale pour des habits sans nom, voire même des chinoiseries et s’en vanter alors qu’il est possible d’avoir par exemple des vrais habits Zara dans les stands de friperies. À Brazza plus l’habit est cher, plus les gens croient que c’est un original, même si c’est chinois, lol du moment où le prix est exorbitant, c’est bon ! on est prêt à sortir les porte-monnaie. C’est triste mais vrai.


Je vois d’ici vos têtes, je vois d’ici les meufs incompréhensives. Je n’ai pas dit que toutes les boutiques du centre-ville ne vendent que des no name clothes encore moins que c’est mauvais d’acheter ses habits en boutique ou encore ligne, tout ce que je dis, c’est que les gens, surtout les filles arrêtent de se glorifier en vain. Surtout quand ce n’est pas un vrai.

Parce que véridiquement parlant, Brazzaville n’a pas encore de vraies boutiques de mode. Je veux parler des boutiques comme celles que l’on vient de construire au super Casino géant de Brazza. La boutique Aldo de casino par exemple, on y trouve exclusivement des articles, bijoux, chaussures, sacs Aldo. Et ce sont des vrais. Les boutiques d’habillage de ce genre se comptent sur le bout des doigts à Brazzaville, et ne se trouvent qu’à Casino à ma connaissance. Le reste des boutiques de luxe du centre-ville mixe les vrais avec les faux (je sais que c’est amer à entendre mais c’est la vérité). Donc quand vous allez acheter vos ‘faux-vrais’ arrêter de vous extasier sous prétexte que l’habit coûte par exemple 60.000 francs/CFA.

Comme j’ai commencé à le dire plus haut, je suis une personne avec un style de vie très simple, je prends les transports en commun régulièrement, et j’ai beaucoup de no name clothes. Je l’assume et je n’ai pas honte de le dire !  Mais j’ai tout de même aussi quelques habits de marque dans ma garde-robe. Pour faire cour je suis une citoyenne congolaise normale, sans prise de tête. Je suis le genre de meuf qui peut te porter une paire d’escarpins Giuseppe Zanotti lors d’un évènement le soir et le lendemain, tu peux me voir avec des ballerines de 1000 francs/CFA achetées au marché TOTAL, aux pieds, je n’en aurais pas honte, comme je l’ai dit plus haut : sans prise tête quoi, à la cool !

Pour moi le style n'est pas une affaire du prix du vêtement ou de la personne qui l'a fabriqué. J'ai toujours été une personne qui adore chercher ses vêtements en friperie, c’est presque comme une fouille au trésor, on y trouve parfois des habits tout neufs à des prix très bas : au Sola comme on appelle les friperies à Brazza, tu trouves une veste ASOS à 300 Franc/CFA ! tu trouves des t-shirts H&M et des chemises Zara à n’en plus finir !

Un vêtement, c'est la personne qui le porte qui le rend vivant, c'est l'extension de la personnalité de chacun, à travers lui on s'exprime. J'aime cette liberté d'être et de ne pas être esclave d'un code mode quelconque. 

Il y'a des personnes qui mettent des vêtements qui coûtent très cher et, pourtant, je ne vois aucune lueur de vie dans ce qu'ils portent, car ils ressemblent à des portes manteaux. Puis n'oublions pas une chose.... La mode vient et est créée dans la rue. Les vraies tendances viennent des gens qui n'ont même pas les moyens de se payer une paire de louboutin. Pour moi les plus grands amoureux de la mode sont les personnes qui arrivent à se créer un style avec presque rien. la mode vient des endroits dont on ne soupçonnerait jamais.

D'ailleurs, les grandes marques ont des spécialistes et chasseurs qui sont des véritables globe trotters payés pour arpenter les rues du monde en passant par les capitales ou favelas et bidonvilles pour s'inspirer des styles des gens, les prendre en photo et venir créer leur cahier de style et tendances.

J'aime la mode, j'aime la haute couture, les créateurs mais je suis avant tout une amoureuse de la mode accessible à tous, cela permet de montrer aux gens que le vêtement quel que soit son prix, il suffit d'être inventif pour se l'approprier.
Et juste en passant, pour ceux et celles qui ne le savent pas encore, il existe un très grand réseau, toute une organisation, toute une mafia entre les vendeurs des stands de friperies et les propriétaires des boutiques à Brazzaville. Les proprios des boutiques à Brazza comme à Pointe-Noire ont aussi leurs city trotters. Ils vont dans les stands de friperies et font le trie les habits de marque, ils les achètent et viennent les revendre aux boutiques qui elles, à leurs tours donnent les habits au pressing lesquels sont mis en vente dans la boutiques quelques semaines plutart après nettoyage ! j’ai eu cette info par une tantine chez qui je vais souvent acheter mes jupes en friperies et je crois pas quelle m’ait menti puis que ça fait déjà 13 ans qu'elle fait du commerce de friperies.

Faire ses achats en ligne où même dans les boutiques chics de la capitale est une bonne chose, je le fais-moi même d’ailleurs (âpres beaucoup d’économies) parce qu’il faut quelquefois se faire plaisir dans la vie. Mais en attendant que le Congo-Brazzaville soit un vrai pays émergeant avec de vraies boutiques de mode, moi je vais continuer ma fouille aux trésors dans les ruelles de total.

Next : les boutiques en ligne sur instagram et facebook qui nous vendent des chinoiseries à des prix exorbitants ! je trouve ça très méchant. Surtout qu’on voyage tous et on connaît les vrais prix de ces produits là à l’étranger. Mon article coup de gueule est déjà en cours de préparation !

Sur-ceux, On se retrouve très prochainement !
Bisous !
4 commentaires on "MON POINT DE VUE SUR LA MODE AU CONGO-BRAZZAVILLE"
  1. 😂😂😂 Sakola, ce genre de personnes me fatigue le cerveau et je suis tout à fait d'accord avec toi le style c'est celui qui le prote qui le fait. Et oui FIRE sur les méchants vendeurs insta et facebook 😂😂😂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahah oui! exactement! et FIRE FIRE FIRE!!!!!

      Supprimer