Image Slider

MOTISSAGE 2.0

J’avais écrit en octobre dernier un article qui parlait de ma découverte du slam lors du spectacle "UNE BOUGIE DE PLUS" de Black Panther (ICI).

Aujourd’hui j’ai la grande joie de vous informer que je fais partie d’un projet crée et coordonné par Black Panther, MOTISSAGE. Pour vous faire un petit récapitulatif : Motissage est un projet socio-artistique artistique et humanitaire qui a vu le jour en 2016 et qui se déroule à Brazzaville une fois chaque année avec différents organismes sociaux, les ONG, les prisons et les hôpitaux.

Motissage a pour but principal de développer les échanges, le partage, le sourire, l’envie de vivre et de s’épanouir avec toutes les personnes démunies, souffrantes, marginalisées ou issues des milieux défavorisés.

Donc à l’occasion de la 2ème édition de Motissage, je présenterais, en ma qualité de photographe autodidacte une expo photo sous le thème "CROISÉS" chapotée par Zed Lebon membre du collectif ELILI et très grand photographe sur la place de Brazzaville.

Outre mon Vernissage que se tiendra le 06 MAI 2017 dans le grand hall de l’institut français du Congo, il y’aura également une projection vidéo rétrospective de motissage aux Ateliers SAHM le 09 Mai 2017 à 15h, ensuite se tiendra le 11 Mai 2017 une conférence débat animée par Emeraude Kouka, conférencier, Poète et critique d’art sous le thème "L’artiste Congolais et ses œuvres, comment favoriser leur mobilité internationale". Et enfin se tiendra le 13 Mai 2017 le très grand spectacle MOTISSAGE 2.0 avec black Panther lui-même dans la grande salle de l’institut Français du Congo.

D’un autre côté il se déroule des jeux concours sur Facebook et Instagram pour tenter de gagner des tickets gratuits pour le grand spectacle ou encore un T-shirt MOTISSAGE (comme celui que je porte sur les photos) et des accessoires en pagne fabriqués par COUSUSMAIN (ICI).

Mais vous pouvez également vous procurer le T-shirt MOTISSAGE en vente actuellement à 5000 francs/CFA et également le ticket pour le grand spectacle qui est vendu à 2500 francs/CFA. Pour ceux et celles qui sont intéressés vous pouvez bien évidement me demander plus amples informations via Instadirect.

J’espère vous voir très nombreux lors de mon vernissage et pour le reste des événements à venir ! ce sera aussi pour moi l’occasion de rencontrer en face les lecteurs et followers de purecannelle.com







En attendant les surprises, n’oubliez pas de me suivre sur :
Instagram : @purecannelle
Facebook : Pure Cannelle
Snapchat : purecannelle

MOTISSAGE, de l’idée à l’action !
Photo credits : ©zedLebon




LA GROSSE HAIR FATIGUE :(

Cela fait déjà plus d’un mois que j’ai une grosse flemme d’entretenir mes cheveux ! ce n’est pas que je ne les aime plus ou bien qu’ils sont difficilement à entretenir, ou encore que n’y arrive pas, non, rien de tout ça ! je suis juste fatiguée de les laver toutes les fins du mois, ou encore de les hydrater tous les jours, je suis fatiguée de ma routine capillaire, elle marche pourtant très bien et mes cheveux sont parfaitement en bonne santé (enfin si on ne compte pas ce dernier mois)

J’ai commencé à vraiment prendre soin de mes cheveux depuis fin 2014, et depuis lors j’ai maintenu un rythme non-stop. Je crois donc que c’est un peu normal de ressentir une certaine envie de ne plus toucher mes cheveux pendant un temps.

J’ai lu quelques articles et vu quelques vidéos sur YouTube concernant la ma hair fatigue, mais ne m’ont pas apporté les réponses que je voulais. Je crois que je vais juste les laisser tel qu’ils sont jusqu’au jours ou j’aurai encore la volonté d’en prendre soin.

S’il y a au moins une chose que j’ai appris durant mon parcours capillaire. C’est que pour les cheveux il ne faut surtout pas se mettre la pression. Comme disent les anglais : «if you don’t feel it, don’t do it»
Donc je me la coule douce, je m’en fou un peu de mes cheveux, je les oublie sous mes coiffures protectrices que j’enchaine. En espérant que la petite crise passe.


Hey les nappies ? cela vous est déjà arrivé ? si oui, partagez votre expérience en commentaire. 

MAGNIFIQUE COUPE COURTE BOUCLÉE

Comme je l’ai dit (ICI), j’ai actuellement une grosse flemme d’entretenir mes cheveux alors je les laisse un peu à la traine avec des coiffures vite faites !

L’un des avantages d’avoir des nattes couchées c’est qu’appart le fait qu’elles font grandir les cheveux, quand on les défait les nattes couchées laissent de magnifiques boucles sur les cheveux.

Donc moi j’en profite.

Quelqu’une d’entre vous m’ont demandé en instadirect comment j’avais fait pour réaliser la jolie coupe courte que l’on voit sur la 2ème photo. Alors, J’ai récemment fait 4 grosses nattes couchées, après les avoir garder pendant 2 semaines, je l’ai tout simplement défait délicatement et voilà mes boucles, rien de bien compliqué.

Mais avant (je tiens quand même à le préciser) j’ai mis du gel sur la devanture et mis un foulard pendant une quinzaine de minutes question de dompter mes petit bébés rebelles avant de défaire l’ensemble de mes nattes couchées.

N’oubliez pas de me suivre sur :
Instagram : @purecannelle
De m’ajouter sur :
Snapchat : purecannelle
Et de liker ma page facebook (ICI)



PURECANNELLE DANS LES DÉPÊCHES DE BRAZZAVILLE

Décidément le mois de mars 2017 c’est mon mois ! Tellement de belles choses sont entrain de m’arriver et aujourd’hui encore je suis contente d’être dans un article du journal LES DÉPÊCHES DE BRAZZAVILLE aux côtés d’autres Blogueuses talentueuses comme Valérie Amandine, Jennie Jean Kassa, Dave Tendresse & RshanPhonsi. Dans l’article "Portraits de blogueuses inspirantes, courageuse et inventives" voici ce qu’ils disent sur moi.

Pure Cannelle : son jeune âge n’est pas un obstacle. A 20 ans seulement, cette étudiante en deuxième année de ressources humaines est l’instigatrice de Pure Cannelle qui reflète sa passion et sa personnalité.
Son blog « Pure Cannelle » (en référence à sa vie quotidienne) est un mélange de sa foi et de sa passion pour les cheveux crépus et du Modest Fashion qui est une tendance de mode ou une façon de s’habiller « respectablement » et décemment.  Plus qu’une simple tendance de mode, le Modest Fashion est tout un concept que la jeune bloggeuse développe via ses post. Coté style, on voit bien qu’elle accorde une importance capitale dans le choix de ses vêtements. En Effet, elle arbore des tenues sobres et n’hésite pas à mêler les genres pour s’approprier les tendances. Résultats des looks chics et élégants, facile à porter qui séduisent.

Ce qu’on aime aussi chez elle, c’est son franc-parler et son côté naturel « Mon objectif est d’encourager les femmes de tous âges à vivre fièrement pour Christ et de s’habiller décemment tout en étant belle chic et élégante » lance Pure Cannelle, chrétienne, arborant fièrement sa chevelure naturelle.
Fraîche et pétillante, elle encourage aussi la femme congolaise à garder ses cheveux crépus. « Je montre à mes followers (lecteurs) comment rendre une crinière plus saine, en bonne santé et surtout souple et plus simple à coiffer » raconte la jeune fille qui partage volontiers ses secrets de beauté sur sa page.
Enfin pour partager sa joie de vivre et sa vision du monde, elle n’hésite pas à poster ses derniers coups de cœur photo, mode, beauté. 

Wouuah !! tant de beaux mots ! un grand merci à Berna Marty pour ce superbe article sur nous les bloggeuses même si elle (Berna) à zapper de mettre une photo de moi dans l’article (un peu triste mais bon…) Un grand merci encore !




JOYEUSE FÊTE DE LA FEMME!

Tout d’abord, joyeuse journée de la femme à toutes mes lectrices ! je poste cet article tard en soirée parce que justement j’ai passé une très belle journée, bien que saturée. Aujourd’hui à Brazzaville toutes les femmes de tout âges étaient en pagne, en majorité celles que j’ai croiser tout au long de la journée !  
Tout d’abord, je suis allée à L’institut Français du Congo (IFC ex CCF) pour assister à une série d’activités en rapport avec le 8 mars, journée internationale de la femme.

J’ai commencé par visiter l’exposition photo de Armel Mboumba, grande photographe à Brazzaville, et membre du collectif Génération ELILI. Son expo "professionnELLES" portait sur les femmes bien évidement ! mais les femmes au travail. De la femme au champs à la femme Juriste en passant par la femme soldat, au bureau ou encore sapeur-pompier. Son expo montrait clairement que nous femmes sommes capable de tout accomplir.



Après ça, toujours à l’IFC, j’ai assistée à un débat d’idées sur la PARITÉ organisé par l’association des femmes juristes au Congo, un débat assez intéressant. Personnellement je pense que l’homme aura toujours un plus par rapport à la femme mais s’il vous plait entre nous : en Afrique et même dans le reste du monde d’ailleurs les droits des femmes sont trop souvent bafoués, même les droits les plus élémentaires dans certains pays. C’est un combat qu’il nous faut mener tous les jours pour faire valoir nos droits;



Tout juste après j’ai regardé en film documentaire. Toujours dans la grande salle, DES FEMMES & DES HOMMES, un film de Frédérique Bedos, le film raconte que du nord au sud, des villes les plus occidentalisées jusque dans les villages les plus reculés, l’inégalité des sexes persiste, quels que soit la religion, la culture ou le niveau d’éducation, la femme est toujours victime de discrimination. En brossant un tableau percutant de l’histoire actuelle des femmes, ce film nous à sensibiliser sur les véritables enjeux politiques, historiques et économiques des discriminations dont nous femmes sommes l’objet, partout dans le monde.

Enfin, toujours à l’IFC mais cette fois-ci à la cafèt’, pour finir la soirée en beauté, j’ai assisté à un très beau concert de Gladys SAMBA "MAMAN GLAD". "Sacroudins", Du Jazz !! mais pas seulement ! il y avait aussi de la musique folklorique, chantée en Lari, Bembé et bien d’autres langues d’ici.

Je sais que le 8 mars, surtout à Brazza c’est la fête, toutes les femmes exhibent leurs pagnes, on mange, on boit, on est content mais n’oublions pas, ayant une pensée pour ces femmes partout dans le monde qui ont lutter pour les droits des femmes, qui ont donner de leurs vies, pour que nous femmes ayant le droit au vote, le droit à la parole, le droit à la liberté.

Je vais finir par une citation très marquante que j’ai d’ailleurs lu sur Facebook ce matin.

« N’attendez pas que quelqu’un d’autre parle en votre nom, c’est vous qui pouvez changer le monde. » - Malala Yousafzai

Voilà, tout est dit, encore une fois de plus Joyeuse fête de la femme à toutes celles dans le monde qui luttent pour changer et améliorer l’environnement dans lequel elles vivent !

CONSTRUIRE SA ROUTINE CAPILLAIRE: COMMENT?


Que l’on soit un chef d’entreprise,  étudiante ou encore une femme au foyer, on a toutes besoin d’une routine capillaire pour entretenir nos cheveux. Elle est la base de tout.

De beaux cheveux ça ne tombe pas du ciel…c’est généralement le résultat de soins réguliers et adaptés. 

Alors :          
Une Routine Capillaire c’est quoi ? : Une routine capillaire est l’ensemble des gestes ou soins que l’on apporte aux cheveux en vue d’atteindre un objectif bien précis  (lutter contre ses cheveux secs, les pointes fourchues, avoir des cheveux plus longs, plus volumineux…ect). Comme son nom l’indique,  "Routine" ce qui veut dire que les soins ou les gestes apporter à vos cheveux doivent être fréquents : chaque jour, chaque semaines ou encore chaque mois selon les besoin de vos cheveux et votre disponibilité.
Je vais ci-dessous vous montrer comment construire le plus simplement du monde sa routine capillaire pour garder ses cheveux beaux et sains !

Pour une Routine Capillaire efficace vous aurez besoin :

-          D’un Shampoing
-          D’un Conditionner ou après Shampoing
-          D’un revitalisant
-          D’un traitement a base de protéines
-          D’un clarifiant

Le Shampoing :
Il est important de choisir avec soin son shampoing car la santé de vos cheveux en dépend, combien même certains shampoings peuvent avoir des noms séduisants comme : shampoing "DOUX"  ou "EXTRA DOUX" à l’avocat ou aux amandes par exemple,  tout cela n’est que de la politique commerciale. Un VRAI shampoing doux ne doit pas contenir les éléments suivants :

-          Le paraben,
-          Le sulfate (sodium laureth et lauryl sulfates et compagnie)
-          Le paraben
-          Le Silicon
Car ses composants assèchent considérablement les cheveux tout en déposant un mince film chimique sur vos cheveux, ce qui les emprisonne et empêche leur hydratation.

Le Conditionner :
Le conditionner ou après shampoing est généralement une crème facilitant le démêlage des cheveux. On peut la faire soit même à la maison ou encore l’acheter en magasin. Voici ICI quelques recettes d’après shampoing  fait maison que j’utilise. Pour celles qui vont acheter les Après Shampoing en magasin, rechercher les après shampoing pour cheveux secs ou abimés car ils contiennent généralement des ingrédients :

 Émollients : beurre de karité,  l’huile de coco, d’olive…etc,
Humectants : phantenol, glycérine végétale, miel…etc
Hydratants : acides aminés, aloé Vera
Qui sont tous très bénéfiques pour les cheveux.

Le Masque revitalisant :
Il est facultatif d’utiliser un masque revitalisant si l’on à au préalable utiliser un conditionner. On peut  peut être l’appliquer 1 ou 2 fois par mois,  mais si en revanche vos cheveux sont souvent victimes de fer à lisser/boucler, sèche cheveux, teinte. Vous pourriez avoir besoin d’appliquer le masque au moins 1 fois par semaine.

Le traitement à base de protéines :
Comme pour le masque, le traitement à base de protéines dépend en grande partie de ce que vous faites à vos cheveux. Si vos cheveux sont 100% naturels, ils n’auront pas fréquemment besoin de traitement majeur mais si vous colorer, défriser, lisser vos cheveux vous aurez besoin de traitements plus fréquents et plus intenses.

Un clarifiant :
Clarifier ses cheveux c’est enlever la saleté et les huiles / produits accumulés sur les cheveux à l'aide des shampooings ou des produits naturels qui ont la propriété de clarifier surtout le cuir chevelu. Pour info, tous les shampooings ne sont pas clarifiants, alors assurez-vous qu’il est écrit "clarifiant" sur l'étiquette. Et si non il y a un clarifiant a base de Vinaigre de Cidre de Pomme que je fais moi-même à la maison (ICI) pour voir la recette.
Créez une routine qui s’adapte à votre mode de vie, respectez-la. Vous aurez même besoin d’un calendrier ou d’un journal de bord pour vos soins jusqu'à ce que ces mesures deviennent une seconde nature pour vous. Créez votre programme de soins. Que votre but soit d’avoir des cheveux plus longs, moins cassants ou tout simplement en bonne santé, suivre une routine avec les produits adaptés vous permettra d’obtenir le résultat que vous souhaitez !

Et pour les gestes à incorporer dans la routine capillaire:
- le massage du cuir chevelu car masser regulièrement le cuire chevelu accélère la circulation sangine ce qui favorise la pousse des cheveux.
- l'utilisation des gros peignes ou peignes à dents larges, ils sont recommandés car ils minimisent la casse des cheveux lors du démêlage. 

Celles qui n’ont pas encore de routine capillaire peuvent s’inspirer de MA ROUTINE CAPILLAIRE PERSONNELLE  AVEC LES DIFFERENTS PRODUITS QUE J’UTILISE.

MON POINT DE VUE SUR LA MODE AU CONGO-BRAZZAVILLE

Cet article est un peu mon coup de gueule concernant le monde de la mode, des fashionistas et l’univers du shopping au Congo Brazzaville. À Brazzaville comme à Pointe-Noire il y a un certain orgueil concernant l’endroit où l’on fait son shopping. Vous l’aurez compris, je parle des sois disant boutiques de luxe des deux capitales et boutiques ou stands de friperies.

À Brazza et à Pointe-Noire, on se moque de toi et on te traite sévèrement de pauvre quand tu achètes tes habits dans les stands de friperies. Pour commencer, j’aimerais vous dire que je suis une personne qui a on va dire 70% (là même, je suis gentille avec moi-même) des No Name Clothes dans son sa garde-robe (pour ceux et celles qui ne connaissent pas, un no Name top par exemple est un haut qui n’a pas de nom connu) par nom connu je pense à de grandes marques et icônes de la mode comme BALMAIN, CHANEL, GIVENCHY, DONATELLA VERSACE et tous ceux que vous connaissez ! A Brazzaville comme à Pointe-Noire, la quasi-totalité des soi-disant fashionista et prétendu fashion-victimes sont des personnes qui portent des no name clothes, qu’on se le dise clairement !
A part le fait que je tiens un blog, je suis aussi photographe, je suis la plupart du temps amenée à rencontrer beaucoup de personnes dans la ville de Brazzaville, pour des shootings ou photos diverses, pour des fêtes et anniversaires, etc.…j’ai récemment été en contact d’une cliente qui voulait un shooting, afin de prendre des photos personnelles assez clean pour ces différents réseaux sociaux. Le jour du rendez-vous, elle était en retard et j’ai dû la rejoindre chez elle. Une fois arrivée, madame n’était pas du tout préparée (ceux, et celles qui me connaissent savent que je suis toujours prête à aider et à mettre la main à la pâte, je me suis donc proposée de l’aider pour que les choses aillent plus vite, je me suis rendu compte que j’avais commis ma plus grosse erreur de cette journée-là) la meuf (comme on aime bien le dire en langage de jeunes) à commencer à me montrer et énumérer les prétendues boutiques et bijouteries du luxe de Brazzaville dans lesquelles elle avait acheté les différentes pièces de sa garde-robe, tout me donnant les prix. Je ne vous dis pas à quel point c’était saoulant et stupide d’autant plus que tous ses habits étaient des no name clothes. Rires.

Non, sincèrement, entre nous fashionista que l’on se le dise clairement, on porte toutes pour la plupart des habits avec des noms inconnus (impopulaires) sur le dos, on est toutes des filles avec des habits sans nom (fâchez-vous, ce n’est pas mon problème, je l’ai dit, voilà !). Le défaut avec nous les congolais et congolaises, c’est que l’on est orgueilleux pour rien, alors pour rien ; que le congolais ou la congolaise, vivant ou Congo Brazzaville, ose lever la main et dire qu’il n’a jamais, au grand jamais porter un habit sorti tout droit des friperies. Je serai la première à le lapider en commentaires !
On a tous déjà porté des habits sortis des stands de friperies, alors pourquoi cet orgueil ou cette tête de refus ou même de honte, l’air de dire que : Moi, je ne porte jamais les habits sortis des fripes. Tête que font certaines des filles que j’ai eu à côtoyer. Shame!

C’est triste de voir que certaines personnes préfèrent aller dépenser des sommes faramineuses dans les boutiques de la capitale pour des habits sans nom, voire même des chinoiseries et s’en vanter alors qu’il est possible d’avoir par exemple des vrais habits Zara dans les stands de friperies. À Brazza plus l’habit est cher, plus les gens croient que c’est un original, même si c’est chinois, lol du moment où le prix est exorbitant, c’est bon ! on est prêt à sortir les porte-monnaie. C’est triste mais vrai.


Je vois d’ici vos têtes, je vois d’ici les meufs incompréhensives. Je n’ai pas dit que toutes les boutiques du centre-ville ne vendent que des no name clothes encore moins que c’est mauvais d’acheter ses habits en boutique ou encore ligne, tout ce que je dis, c’est que les gens, surtout les filles arrêtent de se glorifier en vain. Surtout quand ce n’est pas un vrai.

Parce que véridiquement parlant, Brazzaville n’a pas encore de vraies boutiques de mode. Je veux parler des boutiques comme celles que l’on vient de construire au super Casino géant de Brazza. La boutique Aldo de casino par exemple, on y trouve exclusivement des articles, bijoux, chaussures, sacs Aldo. Et ce sont des vrais. Les boutiques d’habillage de ce genre se comptent sur le bout des doigts à Brazzaville, et ne se trouvent qu’à Casino à ma connaissance. Le reste des boutiques de luxe du centre-ville mixe les vrais avec les faux (je sais que c’est amer à entendre mais c’est la vérité). Donc quand vous allez acheter vos ‘faux-vrais’ arrêter de vous extasier sous prétexte que l’habit coûte par exemple 60.000 francs/CFA.

Comme j’ai commencé à le dire plus haut, je suis une personne avec un style de vie très simple, je prends les transports en commun régulièrement, et j’ai beaucoup de no name clothes. Je l’assume et je n’ai pas honte de le dire !  Mais j’ai tout de même aussi quelques habits de marque dans ma garde-robe. Pour faire cour je suis une citoyenne congolaise normale, sans prise de tête. Je suis le genre de meuf qui peut te porter une paire d’escarpins Giuseppe Zanotti lors d’un évènement le soir et le lendemain, tu peux me voir avec des ballerines de 1000 francs/CFA achetées au marché TOTAL, aux pieds, je n’en aurais pas honte, comme je l’ai dit plus haut : sans prise tête quoi, à la cool !

Pour moi le style n'est pas une affaire du prix du vêtement ou de la personne qui l'a fabriqué. J'ai toujours été une personne qui adore chercher ses vêtements en friperie, c’est presque comme une fouille au trésor, on y trouve parfois des habits tout neufs à des prix très bas : au Sola comme on appelle les friperies à Brazza, tu trouves une veste ASOS à 300 Franc/CFA ! tu trouves des t-shirts H&M et des chemises Zara à n’en plus finir !

Un vêtement, c'est la personne qui le porte qui le rend vivant, c'est l'extension de la personnalité de chacun, à travers lui on s'exprime. J'aime cette liberté d'être et de ne pas être esclave d'un code mode quelconque. 

Il y'a des personnes qui mettent des vêtements qui coûtent très cher et, pourtant, je ne vois aucune lueur de vie dans ce qu'ils portent, car ils ressemblent à des portes manteaux. Puis n'oublions pas une chose.... La mode vient et est créée dans la rue. Les vraies tendances viennent des gens qui n'ont même pas les moyens de se payer une paire de louboutin. Pour moi les plus grands amoureux de la mode sont les personnes qui arrivent à se créer un style avec presque rien. la mode vient des endroits dont on ne soupçonnerait jamais.

D'ailleurs, les grandes marques ont des spécialistes et chasseurs qui sont des véritables globe trotters payés pour arpenter les rues du monde en passant par les capitales ou favelas et bidonvilles pour s'inspirer des styles des gens, les prendre en photo et venir créer leur cahier de style et tendances.

J'aime la mode, j'aime la haute couture, les créateurs mais je suis avant tout une amoureuse de la mode accessible à tous, cela permet de montrer aux gens que le vêtement quel que soit son prix, il suffit d'être inventif pour se l'approprier.
Et juste en passant, pour ceux et celles qui ne le savent pas encore, il existe un très grand réseau, toute une organisation, toute une mafia entre les vendeurs des stands de friperies et les propriétaires des boutiques à Brazzaville. Les proprios des boutiques à Brazza comme à Pointe-Noire ont aussi leurs city trotters. Ils vont dans les stands de friperies et font le trie les habits de marque, ils les achètent et viennent les revendre aux boutiques qui elles, à leurs tours donnent les habits au pressing lesquels sont mis en vente dans la boutiques quelques semaines plutart après nettoyage ! j’ai eu cette info par une tantine chez qui je vais souvent acheter mes jupes en friperies et je crois pas quelle m’ait menti puis que ça fait déjà 13 ans qu'elle fait du commerce de friperies.

Faire ses achats en ligne où même dans les boutiques chics de la capitale est une bonne chose, je le fais-moi même d’ailleurs (âpres beaucoup d’économies) parce qu’il faut quelquefois se faire plaisir dans la vie. Mais en attendant que le Congo-Brazzaville soit un vrai pays émergeant avec de vraies boutiques de mode, moi je vais continuer ma fouille aux trésors dans les ruelles de total.

Next : les boutiques en ligne sur instagram et facebook qui nous vendent des chinoiseries à des prix exorbitants ! je trouve ça très méchant. Surtout qu’on voyage tous et on connaît les vrais prix de ces produits là à l’étranger. Mon article coup de gueule est déjà en cours de préparation !

Sur-ceux, On se retrouve très prochainement !
Bisous !